Marie-Claire Pascal, Fondatrice et Dirigeante de MARCOM Performance

En débutant mes études de lettres et langues – j’ai été une des rares expertes des langues, littératures et civilisation scandinaves, je n’imaginais pas exercer une discipline permettant aux achats, à la communication et au commerce de se parler, de se comprendre et de monter en compétences !

Pourtant c’est aujourd’hui la mission que je me donne et qui m’a amenée à la création de MARCOM Performance, avec une détermination, un enthousiasme et une motivation de chaque instant.

Ici, pas de parcours d’élite ni de réseau idoine. Beaucoup de tâtonnements, une évolution en mode projet et peu importe le type de contrat… Après m’être essayée à l’enseignement du français langue étrangère, à l’interprétation et à la traduction, j’ai débuté mon parcours professionnel au sein de la filiale française d’un groupe scandinave, pour m’orienter ensuite vers la culture et l’évènementiel en agences et auprès de marques. Je me familiarise très tôt avec les exigences d’un univers où la créativité, la capacité à la décision et la rapidité d’exécution sont clés. La formation continue - CFPJ et groupe HEC - viendra compléter à la fois les acquis de terrain et ma formation d’origine. La marque devient mon terrain d’expertise. Je prends plus tard la fonction de responsable des évènements corporate puis de directrice marketing-communication chez Apple, une expérience qui m’ouvre des horizons très exigeants et marquera ma vision de l’entreprise : je démarre directement avec les équipes marcom de Steve Jobs, peu après que ce dernier ait été rappelé pour redresser l’entreprise. J’ai vu cet homme reconstruire les conditions du succès en tirant les leçons de ses échecs, c’était impressionnant. Au plan stratégique et au plan de l’exécution. Humainement, c’était autre chose. De cette période, dont il est aujourd’hui difficile d’imaginer que rien n’était alors gagné pour cette marque et les nombreux produits lancés alors - iMac, iPod, iTunes pour ne citer que les plus connus du grand public, je garde un esprit tourné vers le progrès constant, l’innovation et la recherche de résultat. Nous cumulions chacun plusieurs missions, nous avions une grande liberté de travail, mais au prix d’une exigence de contribution sans faille à l’évolution de l’entreprise et à la performance de la marque. J’aime cet esprit de défrichage, de collectif et de constante progression. Il est évidemment très présent chez MARCOM Performance. Nous cherchons sans cesse à repousser les limites de nos pratiques, pour apporter à nos clients des solutions à la fois pertinentes, innovantes et concrètes. De mes années en Scandinavie, j’ai gardé une approche particulière qui combine le souci de l’humain et le pragmatisme. Mon expérience multiculturelle me permet, en complément, de pouvoir décrypter des cultures et des fonctionnements différents pour les faire œuvrer en synergie, en s’inspirant mutuellement.

Je crois que c’est en grande partie ce que j’apprécie chez PWN ; des rencontres de tous horizons, des talents multiples, des synergies qui parfois se transforment en collaboration, une volonté d’agir et d’influencer au-delà du cadre traditionnellement admis. Et cette façon très simple et directe de faire réseau. En incluant des hommes tout en restant un réseau féminin. Je salue tout particulièrement Sarah Haddane, l’équipe mentoring auprès de laquelle je m’investis du mieux possible, les mentors et mentees des différents programmes ; l’enrichissement mutuel est réel et impressionnant. L’expérience en cours du mentoring femme-homme est passionnante et prometteuse. Exactement dans les valeurs qui me semblent susceptibles de faire évoluer les modes collaboratifs.

Je décide ensuite de quitter Apple pour vivre une nouvelle expérience professionnelle. Et là commence une période d’interrogation qui m’amènera bien au-delà du délai que je jugeais alors adapté à mon repositionnement. Il est vrai que la patience n’est pas ma qualité première. On me propose une mission à la direction des achats dite alors « centrale » au sein du Groupe La Poste. Il s’agit d’accompagner les achats de communication dans des appels d’offres sensibles, à fort enjeu pour les achats, la direction de la communication et la marque : c’est le déclic. Ma mission est prolongée, puis renouvelée. J’y trouve l’inspiration pour quelques temps plus tard et un Master II Achats au MAI, créer mon activité puis mon entreprise. Elle est aujourd’hui le reflet des expériences et rencontres qui m’ont forgée dans les univers de la communication, du marketing, des achats et de la direction de business unit. J’aime l’idée de m’inspirer de ce qui se passe ailleurs - pays, culture, formation, pratiques. Je me sens en constante réinvention, point commun certainement avec PWN et une majorité de membres du réseau.

Marie Claire Pascal
https://www.linkedin.com/in/marieclairepascal/

 

We use cookies to ensure you get the best experience on our website. Find out more here.

I accept cookies from this site